sucre
Esther Molnar

Esther Molnar

Naturopathe à Plombières-les-Bains

Comprendre le métabolisme du sucre

Le terme glucide englobe les différents sucres, féculents et fibres alimentaires contenus dans les légumes, fruits, légumineuses, céréales, riz, noix et des produits laitiers. Ce qu’ils ont en commun c’est que l’ensemble de ces molécules sont constitués d’une combinaison simple ou très compliquée de molécules de sucres.

  • Les sucres “libres” : Les monosaccharides qui sont des unités de sucre, des molécules de glucose qui ne demandent quasiment aucune digestion et sont utilisés tels quels pour produire de l’énergie. Les disaccharides ou double sucres, constitués de deux unités de sucre, sont également considérés comme sucres libres. Des exemples de sucres libres sont le fructose que l’on trouve dans les fruits, le lactose, que l’on trouve dans le lait.
  • Les oligosaccharides : il s’agit d’une chaine de sucres simples de 3 à 20 unités, ils se trouvent dans la plupart des plantes.
  • Les polysaccharides : il s’agit de longues chaines de sucres tels que l’amidon qui se trouvent, sans surprise, dans la plupart des féculents. Céréales, riz, pommes de terre ne sont qu’une concentration de sucres finalement ! Ces plantes produisent l’amidon pour mettre en réserve les unités de glucose en formant de chaines parfois longues de plusieurs milliers d’unités de sucre.

Les 7 litres de sang en circulation dans le corps humain contiennent seulement 5 grammes de glucose, l’équivalent d’un petit carré de sucre. C’est notre taux de glycémie idéal, il s’agit d’une petite réserve pour faire face aux situations de crise où notre corps a besoin d’énergie immédiatement, comme quand on doit courir pour ne pas rater le bus, par exemple.

Que se passe-t-il quand on mange des glucides ?

Un plat de pâtes ou une tartine à la confiture, après être démantelés plus ou moins vite par des enzymes de digestion dans notre estomac, rentrent dans notre sang par milliers d’unités de glucose. 30, 50 ou même 100 grammes parfois (pensez bonbons) ! Comme à ce moment-là nous ne sommes pas en train de courir, et nous n’avons pas besoin d’autant de glucides, l’excès doit sortir au plus vite de notre sang avant de nous tuer.

Sortir l’excès de glucose de notre sang est la fonction primaire de l’hormone insuline. Pour stocker cet excès pour les cas de besoins urgents plus tard nous faisons un peu comme les plantes. Les unités sont de nouveau rassemblés en chaines très longues comme l’amidon, chez nous on appelle ces polysaccharides « le glycogène ». Il est stocké dans le foie et les muscles et reste très facile à mobiliser.

Le problème, c’est que la capacité de stockage du glycogène dans notre corps est très limité : seulement à peu près 2000 calories peuvent être stockés ainsi, c’est l’équivalent d’un gros paquet de bonbons. Et quand on apporte un tel excès de sucres à chaque repas sans l’utiliser par une activité physique très intense, les problèmes commencent.

L’insuline sort l’excès de glucose du sang et l’envoie vers le foie qui le transforme en glycogène et essaie de le stocker mais il n’y a plus de place. Le foie, n’ayant pas le choix, transforme le glycogène en triglycéride (c’est le “gras sanguin”) et le renvoie dans le sang. Et c’est exactement ce gras, provenant de l’excès de glucides, qui s’accumule petit à petit partout sur notre corps.

Vous l’aurez compris, la prise de poids est dû, la plupart du temps, à l’excès de glucides. Privilégiez les bonnes graisses qui sont métabolisés plus lentement et vous apportent satiété et énergie !

Partagez cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Lire plus d'articles

ESSAYEZ LA TÉLÉCONSULTATION

15 euros offerts sur votre première consultation à distance avec le code

15VISIO